13e Dimanche de Luc : Le riche notable

Textes liturgiques

Tropaire, ton 8 dimanche, la Résurrection

Tu es descendu des cieux, ô Compatissant, / Tu as accepté d’être enseveli trois jours / pour nous libérer des passions ; // notre Vie et notre Résurrection, Seigneur, gloire à Toi.

Kondakion, ton 8 dimanche, la Résurrection

Ressuscité du tombeau, Tu as relevé les morts et ressuscité Adam ; / Ève exulte dans ta résurrection // et les confins du monde célèbrent ta résurrection d’entre les morts, ô Très-miséricordieux.


Lectures

Lecture de l’épître du saint apôtre Paul aux Ephésiens (du jour) (Ep IV,1-6)

Frères, je vous exhorte donc, moi, le prisonnier dans le Seigneur, à marcher d’une manière digne de la vocation qui vous a été adressée, en toute humilité et douceur, avec patience, vous supportant les uns les autres avec charité, vous efforçant de conserver l’unité de l’esprit par le lien de la paix. Il y a un seul corps et un seul Esprit, comme aussi vous avez été appelés à une seule espérance par votre vocation ; il y a un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême, un seul Dieu et Père de tous, qui est au-dessus de tous, et parmi tous, et en tous.

Lecture de l’Évangile selon Saint Luc (Lc.XVIII, 18-27)

En ce temps-là, un homme s’approcha de Jésus pour le mettre à l’épreuve et lui dit : « Bon Maître, que dois-je faire pour recevoir la vie éternelle en partage ? » Jésus lui dit : « Pourquoi m’appelles-tu bon ? Nul n’est bon que Dieu seul. Tu connais les commandements : tu ne commettras pas d’adultère, tu ne commettras pas de meurtre, tu ne voleras pas, tu ne porteras pas de faux témoignage, honore ton père et ta mère. » Le notable répondit : « Tout cela, je l’ai observé dès ma jeunesse. » L’ayant entendu, Jésus lui dit : « Une seule chose encore te manque : tout ce que tu as, vends-le, distribue-le aux pauvres et tu auras un trésor dans les cieux ; puis viens, suis-moi. » Quand il entendit cela, l’homme devint tout triste, car il était très riche. Le voyant, Jésus dit : « Qu’il est difficile à ceux qui ont les richesses de parvenir dans le Royaume de Dieu ! Oui, il est plus facile à un chameau d’entrer par un trou d’aiguille qu’à un riche d’entrer dans le Royaume de Dieu. » Les auditeurs dirent : « Alors, qui peut être sauvé ? » Et lui répondit : « Ce qui est impossible aux hommes est possible à Dieu. »



Homélie sur le riche notable, par le père Lev Gillet

Homélie sur le riche notable

L’évangile de Luc (18,18-27) nous montre un homme riche et puissant – un « notable » – demandant à Jésus ce qu’il faut faire pour obtenir la vie éternelle. Jésus lui rappelle les commandements. « J’ai gardé tout cela depuis ma jeunesse… ». Il lui manque encore une chose, dit Jésus : vendre ses biens, les distribuer aux pauvres. « Puis viens et suis-moi »… ».

Mais cet homme s’éloigne avec tristesse, « car il était fort riche ». Et Jésus dit qu’il est plus facile de passer par le trou d’une aiguille qu’à un riche d’entrer dans le Royaume de Dieu.

C’est parfois la richesse matérielle qui empêche un homme d’entrer dans le Royaume. Mais il y a d’autres possessions que l’argent. La beauté, l’intelligence, telle ou telle affection humaine désordonnée, telle ou telle habitude mauvaise : ce sont là autant d’obstacles dont Jésus nous dit de nous défaire avant de Le suivre.

Quelles sont les possessions terrestres qui me retiennent et qui m’empêchent, moi personnellement de suivre Jésus ? Comment puis-je mettre ces possessions au service des pauvres et libérer ainsi ma volonté ? L’Evangile de ce jour place devant chacun de nous cette question. Il est bon de la considérer au temps de Noel, au moment où Jésus nous apparaît dans une complète pauvreté, sans aucune possession.

Source : « Catéchèse orthodoxe L’an de Grâce du Seigneur »
un moine de l’Eglise d’Orient – édition du Cerf – 1988

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code